Actualité Ligue 1 - Football français

Marseille-Benfica : des stats défavorables

Football francais - info
11/03/2010 - 18:00

Ce soir les marseillais se rendent au Portugal pour la quatrième fois de leur histoire.
Lors de ses trois premiers voyages en terres Portugaises, les statistiques ne joue pas vraiment en faveurs des olympiens.
Avec trois défaites en trois matches - à Benfica en 1990 (1-0), à Porto en 2003 et 2007 (1-0 et 2-1) - le bilan marseillais face au clubs lusitanien est pour l'instant catastrophique.
Cependant Benfica n'est plus le grand européen club qu'il était.
Aux hommes de Didier Deschamps donc de faire mentir les statistiques.

Bordeaux prend le large

Football francais - info
14/12/2009 - 10:50

Grâce à Marouane Chamakh, auteur du seul but du match (86e), Bordeaux s'est imposé à Lyon lors de la 17e journée de L1 (0-1). Les Girondins prennent leurs distances, reléguant l'OL à huit points. Les hommes de Claude Puel sont désormais 9e et n'ont plus gagné depuis le 31 octobre. La crise couve.

LYON - BORDEAUX : 0-1
But : Chamakh (86e)

"On aurait pu se contenter du nul, mais on joue les matchs pour gagner." Cette phrase prononcée par Laurent Blanc à la fin de la rencontre peut faire sourire, mais elle symbolise à elle seule la différence entre les deux formations après cette affiche de la 17e journée. Bordeaux joue pour gagner - comme la plupart des clubs - mais la différence se situe dans la gestion et les moyens mis en oeuvre pour y arriver. A ce niveau-là, le Cévenol excelle. Et le champion de France en titre ne va pas s'en plaindre après cette importante victoire (0-1) sur la pelouse de Gerland face à une formation lyonnaise en pleine décomposition et dorénavant classée en neuvième position. Son pire classement de l'ère Claude Puel.

Dans un sommet qui n'a jamais véritablement démarré, les Bordelais - pourtant pas dans un grand soir - s'imposent grâce à un but de Marouane Chamakh en fin de match (86e) et repoussent l'OL à huit points au classement. Un gouffre qui stigmatise l'écart entre les deux derniers champions de France. Même quand ils ne sont pas flamboyants, les Girondins arrivent à se sortir de situations difficiles, notamment grâce à un banc de touche conséquent. "La largesse du banc nous permet d'être ambitieux", souligne Laurent Blanc au coup de sifflet final.

Mauvais coaching de Puel

Au coup d'envoi, Claude Puel avait décidé de muscler l'entrejeu avec la présence de Makoun et Gonalons à la récupération et la titularisation de Källstrom sur le côté gauche. Un coaching défaillant qui met en lumière la frilosité constante de la part de l'ancien technicien lillois et confirme la différence de mentalité face à son homologue bordelais. "Il nous manque du caractère, lâche Cris. Les joueurs qui sont là n'en ont pas. Il faut changer des choses." Des propos forts de la part du Brésilien qui s'ajoutent à la longue liste des dernières déclarations qui ont agité le club rhodanien ces dernières semaines (ndlr : Cissokho, Lacombe). Preuve du mauvais climat autour du septuple champion de France.

Ce manque d'ambition et cette impossibilité criante de faire la différence dans la zone de vérité de la part des coéquipiers de Jean-Alain Boumsong ont permis aux Girondins de croire en leur chance jusqu'à la dernière minute. Dans un match lénifiant en terme d'occasion de but, la cinquième réalisation de l'international marocain en Ligue 1 a suffi pour faire plier cette triste équipe lyonnaise. Leader incontesté dans l'Hexagone, Bordeaux confirme ses précédentes sorties en s'imposant chez un concurrent direct malgré une copie moyenne. La marque des grandes équipes.

LA DECLA : Yoann Gourcuff (milieu de Bordeaux)

"Je pense que nous avons bien défendu durant tout le match. Nous avons joué sur un terrain très difficile. Nous n'avons pas pu faire les enchaînements que nous faisons habituellement. Nous savions que plus le temps passait, plus les Lyonnais manqueraient de patience et qu'il y aurait des brèches derrière. Nous aurions pu marquer avant le but de Chamakh mais aussi après. C'est une très belle opération. Nous mettons Lyon à huit points. C'est un concurrent direct pour le titre mais cela reste une grande équipe sur laquelle il faudra encore compter. Il ne faut pas l'enterrer trop vite. Nous confirmons une bonne série et il faut espérer qu'elle ne s'arrêtera pas".

Programme ce soir Ligue 1

Football francais - info
12/12/2009 - 18:25

LIGUE 1 - 17 e JOURNEE

LE MANS (19e) - VALENCIENNES (3e)

Le nouvel entraîneur du MUC, Arnaud Cormier, a pour mission dans l'immédiat de mettre fin à une disette de huit matches sans victoire et de sortir le club du rouge avant la trêve. Il a d'ailleurs mis l'accent sur la défense dès sa prise de commandes. Le défi ne s'avère cependant pas évident face à une équipe de VA euphorique et convaincante dans le jeu.

LENS (16e) - NICE (14e)

Le Racing a tout intérêt à faire le plein avant deux voyages périlleux à Paris et Valenciennes, mais sa défaite à Boulogne (2-1) a montré qu'il restait friable. L'OGCN de son côté aborde une série de trois déplacements consécutifs après avoir chuté deux fois de suite, et devra se passer de son capitaine Apam, suspendu un mois. Heureusement pour Nice, Rémy devrait faire son retour.

MARSEILLE (7e) - BOULOGNE (18e)

Entre les néo-Galactiques du Real Madrid et les promus de Boulogne, il y a un gouffre. Mais l'OM aura-t-il digéré sa déception de mardi (défaite 3-1), doublée d'une indisponibilité longue durée de son buteur et capitaine, Niang? Ben Arfa en profitera-t-il pour se relancer? Lucho sera-t-il remis de son penalty raté contre le Real? Autant de questions qui taraudent l'OM, où tout autre résultat qu'une victoire serait vécu comme une humiliation, car à six longueurs du premier (mais avec un match en retard), il ne peut se permettre de laisser filer des points.

NANCY (13e) - RENNES (10e)

Rennes remonte la pente depuis trois matches (sept points pris sur neuf) et doit confirmer pour revenir dans le premier tiers du classement, conforme aux ambitions du club. Frédéric Antonetti enregistre pour ce faire les retours de trois pièces maîtresses: Briand, Leroy et Mangane. L'ASNL de son côté voudra renouer avec une victoire à domicile qui la fuit depuis deux mois.

Ca va etre chaud au Mercato pour l'OM!

Football francais - info
10/12/2009 - 19:15


cette après midi Didier Deschamps est revenu sur la blessure de Mamadou Niang, de son éventuel remplacement, du départ de 4 marseillais à la CAN et de ses attentes concernant Ben Arfa.


La blessure de Mamadou Niang
C'est évident qu'on perd une arme importante pour plusieurs semaines, mais il y a la trêve et le prochain match de la reprise n'est que le 10, on gagne quand même une bonne quinzaine de jours sans compétition si tout va bien, on pourrait récupérer Niang pour Bordeaux. Notre staff médical va faire le maximum. Je n'ai pas un joueur avec les même caractéristiques et aujourd'hui ça fait partie de ma réflexion de voir comment on peut pallier à son absence en sachant qu'on va perdre aussi quatre africains pour la CAN pendant une période qui peut aller de 15 jours à un mois. Cinq joueurs en moins dans l'effectif, ça fait beaucoup. Il faut trouver les solutions en étant performants puisqu'on l'a été depuis le début de la saison sur le plan offensif tout en ne perdant pas ce fameux équilibre. Il y a plusieurs possibilités, plusieurs options. Après il y a un mercato d'hiver. Je n'exclus pas de prendre quelqu'un qui nous apporte un plus dans le secteur offensif mais, ça coûte cher. Je ne pense pas que ce soit possible parce que je préfère avoir un joueur qui apporte un plus plutôt que des joueurs en plus. On va bien réfléchir pour voir si on peut trouver une option intermédiaire parce que l'option idéale n'est pas possible. Un joueur capable de jouer à plusieurs postes dans le secteur offensif, qui soit très bon qui marque des buts, ce n'est pas accessible. Des possibilités il y en a même sur des joueurs libres, mais ici c'est Marseille, avec les exigences, avec un joueur qui vient de je ne sais pas où, le temps qu'il s'adapte la saison est finie… Alors on ne va pas se torturer l'esprit pour rien.

Les cas Brandao et Morientes ?
Ils sont là. Brandao est à 6 buts, il a joué à gauche, j'ai confiance en lui je sais ce qu'il est capable de faire et je sais ce qu'il fait pour l'équipe. Morientes est à la recherche de sa meilleure condition physique, ces joueurs sont là je et compte sur eux jusqu'à la fin de la saison. Tous les joueurs qui sont là sont sûrs d'être là jusqu'au 23… On verra après le 15 janvier.


Ben Arfa peut-il remplacer Niang ?
Sur le talent pur oui. Il en est capable. Sur sa qualité, son talent, oui mais après va-t-il le faire ? On verra. Il l'a fait sur dix minutes, quinze minutes parfois, parfois il ne l'a pas fait. Je ne mets pas en doute sa capacité ni son talent mais ça ne vient que de lui. S'il décide, il peut faire. Il a beaucoup de talent, il a été propulsé très tôt dans le monde professionnel, il n'a pas eu forcément le temps de faire une formation, une post-formation avec beaucoup d'exigences autour de lui. Je comprends les gens qui ne le suivent pas au quotidien et qui le voient faire ce qu'il a fait au Milan pendant 15 minutes. Ils disent Deschamps est fou ! Pourquoi Hatem ne joue pas ? Oui, je suis peut-être fou. Mais il ne faut pas jouer que quinze minutes, il faut répéter. Il en a le potentiel. Il y a toujours un gros espoir qu'il puisse prendre conscience de ça.

L'OL reste fragile

Football francais - info
07/12/2009 - 18:45

Lyon a encore sombré défensivement hiersoir à Lille. L'Olympique Lyonnais, qui n'a maintenant gagné qu'un seul de ses sept derniers matches de championnat, continue de vivre un automne relativement difficile. Même si Jean-Michel Aulas minimise la portée des déboires actuels de son équipe.

Claude Puel a tenté de commenter l'incroyable et inattendue défaite de son équipe à Lille, hier soir. Mais si le phrasé peu volubile est resté fidèle aux habitudes, les mots et le visage du technicien rhodanien ont trahi tout à la fois une forme de grosse colère, une certaine incompréhension et un véritable abattement, à la hauteur de l'énorme désillusion qui fut celle de Lyon au Stadium Nord.

Comment le septuple champion de France a-t-il pu perdre un match qu'il a si longtemps eu en mains? Sans doute parce que sa fragilité du moment est au moins aussi grande que le talent des deux joueurs qui ont entretenu l'illusion hier, à savoir Lopez et Lloris. Peut-être les deux meilleurs joueurs de la L1 à ce jour. Le premier, auteur d'un triplé en 35 minutes tout simplement , a failli gagner le match à lui tout seul, Le second, retardant l'échéance, a failli ne pas le perdre à lui tout seul. Mais en dehors de ces deux joueurs, chacun à une extrémité du 11 de départ de Claude Puel, ce fut le vide total. Lille a fini par éteindre l'incendie Lisandro et Lloris a fini par céder.



Aujourd'hui, le constat est sans appel. l' OL réalise son plus mauvais début de saison depuis près de 10 ans avec seulement 7 victoires en 15 matches. Jamais, depuis qu'il s'est installé au sommet du football français au début des années 2000, Lyon n'avait gagné qu'une unique fois sur une 7 journées. C'est ce qui vient de lui arriver puisque, sur ses 7 dernières sorties en Ligue 1, il ne s'est imposé qu'une unique fois, à Saint-Etienne chez les verts, contre 3 défaites et 3 nuls. Au cours de cette période, les lyonnais ont surtout concédé 17 buts et quatre buts ou plus à trois reprises (à Nice, face à Marseille et à Lille). Avec 22 buts encaissés en 15 matches, ils possèdent d'ailleurs désormais la 14e défense du championnat. Là encore, du jamais vu au XXIe siècle. L'occasion de se souvenir que si Lyon a énormément investi cet été sur le marché des transferts, le secteur défensif n'a pas été le plus renforcé, loin s'en faut. Surtout dans l'axe, où Lyon connait des problèmes récurrents et, en l'état actuel de ses forces, insolubles.

Devant l'aspect implacable de ses statistiques, et face au scénario cruel de la défaite lilloise, on comprend que l'entraineur lyonnais ait mal à la tête. "Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise? C'est une grosse déception, c'est le moins que l'on puisse dire. On a galvaudé cette rencontre et on a pris une gifle", souffle-t-il. Alors que l'incendie se propage à tous les étages de la maison, Jean-Michel Aulas continue de jouer les pompiers. Minimisant l'étendue des dégâts, répétant à l'envi que son ce groupe n'a pas moins de talent ou de qualité que ses devanciers. "Les gens savent qu'aucune équipe ne peut gagner dix ans de suite tous les matches", a-t-il lancé dimanche soir. Difficile de le contredire sur ce point. Mais il y a deux ou trois saisons, quand l'OL menait 3-1 à l'extérieur à la mi-temps, l'affaire était pliée. A travers le comportement des Lillois, il était clair que, mêmes avec trois buts dans la musette, ils sentaient que le coup restait jouable. Parce que Lyon est friable et quesu surtout , désormais, tout le monde le sait.

Page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21,

Resultats Foot Ligue 1 - Classement Ligue 1 - Transferts Foot Français